Retour à la liste des articles de la rubrique ACTUALITé

Publié le 02/06/2016

Lettre ouverte au Chef du Gouvernement

Monsieur le Premier Ministre,

La Cour des Comptes vient de publier son rapport sur l’exécution du budget de l’Etat 2015. Dans sa « Note d’analyse de l’exécution budgétaire 2015 de la mission Travail et emploi », publiée le 25 mai 2016, 4 pages sont spécifiquement consacrées à l’AFPA.

La conclusion (page 76) est alarmante pour les salariés de l’AFPA et leurs représentants :

«  La Cour exprime de fortes préoccupations sur la situation et l’évolution de l’AFPA et sur les risques que celles-ci sont susceptibles de faire courir aux budgets à venir de la mission Travail et emploi. Elle considère que la redéfinition du modèle économique de l’AFPA est indispensable pour assurer le redressement structurel de sa situation financière, ce que ne sauraient assurer ni le seul changement de statut juridique, ni une succession de plans conjoncturels en faveur de la formation professionnelle des demandeurs d’emploi.

La DGEFP a indiqué partager l’analyse de la Cour quant à la nécessité d’inscrire l’AFPA dans une trajectoire de redressement structurel.
 »

Le plan de refondation de l’AFPA mis en oeuvre depuis 2013 comporte deux volets principaux : une réduction des charges, d’une part, qui s’est traduite par une réduction des effectifs, et un redressement du produit des ventes de prestations, d’autre part, qui n’a pu être mis en oeuvre conformément aux prévisions.
Au total, il s’avère être un échec faute d’avoir pu et su reconstituer un niveau d’activité suffisant.

Aujourd’hui, face à l’incapacité de rétablir un niveau d’activité permettant l’équilibre et de répondre aux besoins nationaux plus criants que jamais, il nous faut craindre que le redressement structurel ne s’exprime plus que par une réduction drastique de la voilure, un plan social déguisé ou non en quelque sorte.

Pour autant, nous avons toujours revendiqué un développement substantiel de l’activité pour permettre au futur établissement public de pleinement remplir ses missions de service public avec un niveau de qualité des prestations permettant de garantir utilité et efficacité sociales.

C’est pourquoi nous nous adressons aujourd’hui au gouvernement pour l’interpeller sur ses intentions et sa volonté de véritablement investir dans l’AFPA, futur établissement public ayant pour mission la formation professionnelle des demandeurs d’emploi. L’enjeu national est de réussir les transitions énergétiques, numériques, d’anticiper sur les métiers d’avenir et d’accompagner le redressement productif.

Nous ne nous résignerons pas à négocier un rétrécissement délétère de l’AFPA mais, bien au contraire, nous attendons des pouvoirs publics un programme politique et économique structurel d’investissement dans la formation professionnelle des adultes, piloté par l’Etat, et que l’AFPA, devenue établissement public, en soit le bras fortement armé des et par les Pouvoirs publics et l’Etat.

Dans l’attente d’une rencontre, les salariés de l’AFPA et leurs organisations syndicales s’interrogent sur votre réelle volonté d’investir véritablement dans un avenir ambitieux pour l’AFPA.

Confiants dans notre capacité collective à relever ces défis avec nos outils nationaux de service public, les organisations syndicales de l’AFPA signataires vous adressent leurs salutations respectueuses.

Montreuil, le 30 mai 2016


Fermer cette fenêtre X

Adhérents

Afin de profiter de toutes les ressources du site, identifiez-vous