Retour à la liste des articles de la rubrique ACTUALITé

Publié le 07/04/2016

Résolution de la Commission Exécutive de la Section Fédérale Nationale Force Ouvrière du 7 avril 2016

Télécharger le document en suivant ce lien : La Commission Exécutive
l’affirme, l’AFPA est en danger, le projet de loi « EL KHOMRI », qui organise la casse du Code du Travail, accélèrerait son démantèlement.

Pour exemple et si application à l’AFPA des mesures figurant dans ce projet de loi, la direction pourrait alors mettre en application certaines dispositions qui prévoient, entre autres, la possibilité de licenciements économiques pour une entreprise qui connait :

 une baisse des commandes ou du chiffre d’affaires sur plusieurs trimestres consécutifs (…), des pertes d’exploitations pendant au moins 18 mois (…), une importante dégradation de la trésorerie (…).

C’est dans ce cadre que Force Ouvrière, fidèle aux résolutions de son congrès d’avril 2013 à Seignosse, ainsi qu’à ses différentes résolutions de 2014, 2015 et maintenant 2016, mène le combat contre le démantèlement de notre Association, initié par la casse du statut de 1996.

La Commission Exécutive de la Section Fédérale Nationale Force Ouvrière de la Formation Professionnelle des Adultes constate la situation catastrophique de l’AFPA et la marche forcée vers une double entité EPIC et SCIC :

  Un chiffre d’affaires qui ne cesse de baisser depuis plusieurs années,  Un 1er trimestre 2016 qui confirme cette baisse continue,  Une trésorerie des plus fragiles et ce depuis plusieurs années,  Une activité du marché privé qui n’arrive pas à atteindre les prévisions de notre direction,  Une activité dédiée aux demandeurs d’emploi qui continue de baisser,  Un plan 500 000 annoncé depuis quelques mois, qui ne démarre toujours pas,  Une poursuite, voire une aggravation de la politique de non remplacement des CDI qui, en privant l’AFPA des moyens humains nécessaires à la réalisation de ses activités, ne fait qu’amplifier la diminution de notre chiffre d’affaires,  Une augmentation des emplois précaires,  Des conditions de travail qui se dégradent, ainsi qu’une perte de qualité consécutive à la dégradation des conditions pédagogiques et matérielles dans lesquelles nous exerçons notre métier,  Une transformation statutaire de notre Association en deux entités qui permettrait la privatisation, l’éclatement, voire le dépôt de bilan,  Une division de l’AFPA en 13 régions avec, à l’appui, suppression d’emplois, mutations géographiques, chantage à l’emploi.

La Commission Exécutive rappelle que le démantèlement de l’AFPA était induit dans les dispositions successives des deux plans de refondation.

La Commission Exécutive insiste et confirme : Force Ouvrière a raison de continuer à dénoncer le désengagement de l’Etat en matière de Service Public de Formation Professionnelle.

La Commission Exécutive confirme : Force Ouvrière avait raison d’affirmer que la régionalisation de la Formation Professionnelle serait mortifère pour l’AFPA.

Ainsi, Force Ouvrière persiste dans sa volonté de défendre un Service Public National de Formation Professionnelle et rappelle que celui-ci fait partie, comme l’Ecole de la République, des obligations de l’Etat envers le citoyen. A ce titre, il ne peut être mis en concurrence.

La Commission Exécutive réaffirme que l’avenir de l’AFPA, c’est l’Etat qui le détient.

En conséquence, la Commission Exécutive, en conformité avec les revendications du congrès SFNFO-FPA de Seignosse en avril 2013, demande que l’Etat revienne à des financements directs ciblés pour les activités de l’AFPA envers les demandeurs d’emploi.

La Commission Exécutive exige que l’Etat assume ses responsabilités et assure le Service Public de Formation Professionnelle qu’il doit rendre, constitutionnellement, au citoyen.

La Commission Exécutive dénonce les changements statutaires de l’AFPA en cours sous statut EPIC et SCIC et déclare que ceux-ci ne changeront en rien ses problèmes de baisse d’activités.

Par ailleurs, le transfert du patrimoine, sans les moyens de l’entretenir, ne fera qu’ajouter à la situation économique déjà lourdement dégradée.

La Commission Exécutive revendique :

  L’abrogation des articles de la loi de 2004 concernant l’AFPA,  L’abrogation des dispositions de la loi du 5 mars 2014, entérinant définitivement la régionalisation de la Formation Professionnelle.

La Commission Exécutive dénonce le chantage fait aux salariés pour un maintien dans l’emploi figurant dans les mesures unilatérales GPECC : trois propositions et si refus, licenciement…

La Commission Exécutive constate que ce chantage permet à la direction de mettre en place la transformation statutaire de l’AFPA comme il a permis le passage en 13 régions.

En dénonçant le gel des salaires depuis maintenant 5 ans, la Commission Exécutive déclare que ce n’est pas aux salariés de payer la situation dégradée de l’AFPA.

Les revendications de Force Ouvrière sont claires :

  Non au gel des salaires, augmentation pour tous,  Augmentation générale immédiate de 5%,  Négociation d’un plan de rattrapage du pouvoir d’achat,  Embauche en CDI de formateurs, personnels d’appui, administratifs et de service,  Maintien et développement du dispositif de formation existant (y compris les itinérants),  Maintien et développement de l’ingénierie de formation,  Retour d’un vrai service d’orientation et d’accompagnement,  Maintien en interne et développement des services de restauration et d’hébergement.

La Commission Exécutive de la Section Fédérale Nationale Force Ouvrière donne mandat au Bureau National pour initier toute action nécessitée par la gravité de la situation économique de l’AFPA, à savoir les transformations statutaires, les menaces sur l’emploi de ses salariés et les fermetures de centres programmées.

Enfin, la Commission Exécutive de la Section Fédérale Nationale Force Ouvrière FPA, considère que, face aux attaques sans précédents des acquis de la classe ouvrière, les salariés doivent se mobiliser.

Comme l’affirme la Fédération Nationale de l’Enseignement, de la Culture et de la Formation Professionnelle Force Ouvrière, la grève interprofessionnelle est à l’ordre du jour.

La Commission Exécutive de la Section Fédérale Nationale Force Ouvrière de la Formation Professionnelle appelle les salariés de l’AFPA à rejoindre la manifestation nationale organisée par la Confédération Force Ouvrière pour le retrait de la loi Travail le 9 avril 2016, ainsi qu’à se joindre à la grève interprofessionnelle prévue le 28 avril 2016.


Fermer cette fenêtre X

Adhérents

Afin de profiter de toutes les ressources du site, identifiez-vous