Retour à la liste des articles de la rubrique ACTUALITé

Publié le 17/03/2016

Le 31 mars, tous dans la rue pour le retrait du projet de loi "Travail"

Télécharger le document en suivant ce lien : Imaginez
qu’à l’AFPA, dans la situation économique pour le moins « difficile »
d’aujourd’hui (100 M€ de déficit en 2015 par rapport au budget initial, au moins 30% de
moins d’activités en janvier 2016 au regard de janvier 2015, etc.), la direction puisse mettre
en application certaines des dispositions de la loi EL KHOMRI qui prévoit, entre autres, la
possibilité de licenciements économiques pour une entreprise qui connait :

 une baisse des commandes ou du chiffre d’affaires sur plusieurs trimestres consécutifs (…), des pertes d’exploitations pendant plusieurs mois (…), une importante dégradation de la trésorerie (…).

Compteriez-vous dans les « entreprises » concernées une certaine (et encore) Association ?

… dans le meilleur des cas et pour ceux qui en réchapperaient en travaillant
plus, vous gagneriez moins (13ème mois, etc… ?), avec des horaires augmentés et non choisis,
par ailleurs flexibles au cours de l’année et des périodes de congés, cette fois, tout à fait
imposées…

un projet d’accord d’entreprise, qui pour « sauver du pire » (le dépôt de
bilan), avancerait un « moins pire » (un Plan de Sauvegarde de l’Emploi) soumis à la
signature des Organisations Syndicales représentatives et qui n’obtiendrait pas 50%...
Que croyez-vous qu’il adviendrait ?

Un référendum d’entreprise, bien sûr ! Pour sauver un « maximum » d’emplois, bien sûr !
Dans des conditions salariales « un peu » dégradées, bien sûr, mais… il faut savoir ce que l’on
veut pour sauver « son » emploi… !

Dans ce contexte général, de contournement du code du travail actuel par l’abandon de la
« hiérarchie des normes » (un accord d’entreprise en dessous des minimas du code du travail
vaudrait pour application), il faut absolument imposer le retrait de ce projet sous peine de
voir anéantis toute capacité de revendications des Organisations Syndicales et tout pouvoir
d’opposition des salariés.

Il faut la grève de tous les salariés de l’AFPA, ne serait-ce qu’au vu de sa situation, au bord
du démantèlement annoncé, voire de sa disparition !

Le 31 mars, FO, CGT, FSU, SUD Solidaires et les organisations étudiantes et lycéennes
UNEF, FIDL et UNL appellent à la grève interprofessionnelle jusqu’à satisfaction :
Retrait du projet de loi !

Pour nous, pour nos enfants, qui ne voulons pas rentrer dans une ère de salarié « jetable », il
faut la grève de tous les salariés du privé et du public
 !

La Section Fédérale Nationale Force Ouvrière FPA convie donc les salariés, tous métiers
confondus, à se réunir en Assemblées Générales dans les établissements, les services, les
directions, pour préparer la grève du 31 mars.

Elle invite les personnels à mettre en discussion la question de la grève, jusqu’au retrait.

Montreuil le 16 mars 2016


Fermer cette fenêtre X

Adhérents

Afin de profiter de toutes les ressources du site, identifiez-vous