Retour à la liste des articles de la rubrique ACTUALITé

Publié le 25/02/2016

Négociation Rémunération 2016 ? A ce prix-là, il ne faut faire que son travail ... !

Télécharger le document en suivant ce lien : le salarié AFPA « moyen » a
perdu@/aTélécharger le document en suivant ce lien :
« déclaration » d’intention, désormais répétée année après année :

« Au constat de l’état économique et financier de l’AFPA d’aujourd’hui, la direction est aux regrets
de vous annoncer que, pour cette année encore difficile, nous ne pourrons rien faire en matière de
mesures collectives… Par contre, nous pourrions discuter d’intéressement (???) ! ».

Quelques points d’éclaircissement :

 En s’appuyant sur les chiffres donnés par la direction elle-même,, en 18 ans, 14,50 % de pouvoir d’achat au regard des prix à la consommation…

 Ce salarié « moyen » n’existe d’ailleurs pas : il est le résultat théorique arithmétique de beaucoup de
salariés des classes en deçà de la classe 13, additionnés de beaucoup moins de salariés des classes 13 à
16. Cela veut dire pour 2015, année où l’équilibre est théoriquement à peu près obtenu entre une légère
variation des prix et le volume additionnel distribué par « salarié moyen », que, dans la réalité de la
fiche de paye, les « petits » continuent à perdre alors que les « gros » continuent à gagner


 Comme si cela ne suffisait pas pour traduire le mépris de la hiérarchie envers le « petit peuple » et
son souci de s’en mettre plein les poches dans une période qualifiée pourtant de disette, les rares
primes ou AI sont, en majorité celles distribuées au management, en pourcentage et en masse, de 3
à 4 fois supérieures à celles distribuées au même « petit peuple
 »...

 Enfin, il est bon de savoir que pour les salariés, l’intéressement n’est pas pris en compte pour les
congés payés, les primes, les indemnités de départ, car il n’est pas considéré comme un salaire.
Mais que, par ailleurs, il est exonéré des cotisations salariales (entre autres celles cotisant pour la
retraite) et qu’il est versé en fonction des résultats de l’entreprise (???)
Pour l’employeur, l’intéressement est déductible du bénéfice imposable de l’entreprise et exonéré
de la taxe sur les salaires et des charges patronales…

Force Ouvrière déclare : la coupe est plus que pleine ! Alors que 2015 s’est soldé sur un EBE
positif, alors que, par ailleurs, on nous a « vendu » un EPIC qui se voulait salvateur mais qui a perdu,
avec la non-garantie de l’Etat, tout son intérêt, alors que le plan « 500 000 », avancé comme la planche
de salut pour l’immédiat, reste une hypothèse de travail qui prendra fin, dans tous les cas, en 2017,
alors que nos conditions de travail se dégradent un peu plus chaque jour, alors que…

Force Ouvrière, en conséquence, affirme : si, en vue de la prochaine séance de négociation du 10
mars sur le sujet, la direction ne nous présente pas une proposition que nous pourrons juger
négociable, nous prendrons nos responsabilités et appellerons le personnel, avec l’ensemble de ses
Organisations syndicales, à une action capable de bloquer le fonctionnement de l’association.

Force Ouvrière rappelle qu’en 2015 la revendication intersyndicale consistait en une revalorisation
de la PRU de 70 € par mois, totalement ignorée par la direction. Aujourd’hui, les gesticulations de
cette même direction ne serviront de rien :

Pour produire plus, avec des personnels toujours en diminution, il va falloir payer  !
Quoiqu’en dise cette direction, qui ne cesse pourtant de stigmatiser l’époque CAÏLA, sa politique
salariale est la même pour des résultats qui, eux, ne cessent de décliner ! Ça suffit  !

Force Ouvrière exige :
Une augmentation générale immédiate de 5 %, le rattrapage du pouvoir d’achat perdu, la
revalorisation du point de salaire, l’abandon de la politique de rémunération au « mérite », le
respect du principe « à travail égal salaire égal »

.
Montreuil le 24/02/2016


Fermer cette fenêtre X

Adhérents

Afin de profiter de toutes les ressources du site, identifiez-vous