Retour à la liste des articles de la rubrique PAYS DE LOIRE

Publié le 20/11/2015

CRE DU 18 NOVEMBRE 2015

Télécharger le document en suivant ce lien : Point 2 : Suivi de l’emploi
Délégation FORCE OUVRIERE : Bruno DIEPPEDALLE Représentant Syndical
Pascal CHABAS Élu Titulaire
Martial MIRAILLES Élu Titulaire
Fabrice CASSEREAU Élu Suppléant

PRESENTS POUR LA DIRECTION : Julie CHAMPEAUX DRH
Faly RANDRIANARISOA Contrôleur de gestion

Le Directeur Régional n’a pas pu être présent pour présider le CRE de novembre. C’est donc Mme Julie CHAMPEAUX, DRH, qui préside cette réunion.
Devant la situation plus que délicate de la région AFPA Pays de la Loire, les élus et représentants syndicaux du CRE n’ont proposés à la Direction Régionale que les 4 points leurs semblants strictement nécessaires :
(Voir compte-rendu FO du CRE d’octobre Télécharger le document en suivant ce lien : http://www.fo-afpa.fr/Point 2 : Suivi de l’emploi
)  Suivi de l’emploi  Point sur la situation économique  Suivi de l’activité partielle  Fiche RPS



Sur les 36 départs annoncés lors du précédent CRE, il faut rajouter 3 ruptures conventionnelles. Il s’agit d’un formateur, d’un chargé d’études et d’un responsable de groupe.
A ce jour, nous avons donc 39 départs sur 2015 :
19 départs en retraite
14 démissions, ruptures conventionnelles, licenciements
6 mutations
Sur ces 39 départs, 18 sont des formateurs.
Sur les 6 embauches de l’année 2015, 4 sont sur des postes de formateurs.

Pour Force Ouvrière : 18 départs de formateur pour 4 embauches, ce sont là nos capacités de production qui diminuent. Il est aussi surprenant de constater que presque la moitié des départs sont dû à des démissions, ruptures conventionnelles ou licenciements. Cela traduit bien la difficulté des conditions de travail l’AFPA et explique le choix de ces salariés de partir malgré le risque que représente la perte de son emploi de nos jours. Nous vous rappelons que face à cette difficulté, la reconnaissance par la direction sur la feuille de paye sera de 0€ en 2015 ! Ceci explique sûrement cela…

Il apparaît aussi que les conditions d’embauche des formateurs CDD se fassent suivant des règles différentes selon leur "rareté" sur le marché de l’emploi. Des formateurs étant éloignés de leurs lieux de résidence ont des indemnités de déplacement (repas, hôtel, + km), mais pas tous !. Certains négocient leurs salaires d’embauche, pour d’autres cela sera le minimum de la grille. Ces méthodes surprennent dans une Association prônant des valeurs "sociales et solidaires", alors que pour la rémunération et les conditions de déplacement de ses salariés « précaires, elle n’hésite pas à bafouer l’intérêt collectif que représente l’égalité de traitement, reniant par la sorte l’engagement qu’elle s’est imposée au travers de l’accord justement qualifié de « collectif » régissant son personnel.

Point 3 : Point sur la situation économique

Les élus et représentants syndicaux ont demandé par courrier avec accusé de réception au Directeur Régional, que leur soient communiqués les mêmes tableaux comptables que ceux communiqué aux CRE d’autres régions. Il apparaît sur ces tableaux qu’à fin septembre nous sommes au niveau du déficit de 2014.
Pour mémoire, ci-dessous l’analyse Force Ouvrière lors du CRE d’octobre à St Herblain :

"Suite à l’absence de réponse de la direction sur les chiffres, la Délégation Force Ouvrière fait l’estimation suivante basée et actualisée d’après les chiffres 2014 :
Chiffre d’Affaires 2015 : +35 M€
Masse salariale 2015 : -29 M€
Frais de fonctionnement 2015 : -12 M€
Excédent Brut d’Exploitation : -6 M€

Autrement dit le résultat 2015, sera de la même valeur que celui de 2014 (EBE négatif de 5.8 M€, pour un résultat net de l’exercice de -11.9 M€). 6 M€ représentent la masse salariale d’une centaine de salariés. Il est clair qu’à ce niveau de chiffre d’affaires l’AFPA PDL n’est pas viable avec le nombre de salarié actuel. Il est fort probable que la direction sera dans l’obligation d’utiliser des mesures beaucoup plus "radicales". Nous ne pouvons pas compter sur une quelconque "solidarité nationale", car pratiquement toutes les régions sont dans le rouge. Dans une région, le terme "phase terminale" a été utilisé pour dépeindre la situation économique de l’AFPA. Il ne faut plus se voiler la face et pratiquer la politique de l’autruche, tous les salariés sont concernés, aussi bien le "back office", que les "productifs". Un ratio de 60% à 70% de "back office" pour 30% à 40% de "productif" n’est pas tenable ! Chacun devine ou les coupes seront les plus "franches". Seule la sécurisation de nos financements, à la hauteur de notre capacité de production, nous permettra de vivre. Les clés sont dans les mains de l’état. Au moment d’agir, il faudra que ce soit tous ensemble. A partir d’aujourd’hui, personne ne pourra dire : « Je ne savais pas ! »."

Au vu de ces documents officiels, nous sommes déjà dans cette situation à fin septembre. Nous avons demandé, de nouveau, quels étaient les plans d’actions prévus, et le devenir de l’AFPA PDL et de ses centres de formations ? Pour la Direction il n’y a pas de projet ou d’études sur une restructuration de la région AFPA PDL.

Pour Force Ouvrère : Nous ne pouvons pas imaginer qu’au vu d’une situation aussi critique et parfaitement connue de la Direction, aucune anticipation n’ait eu lieu. En effet, il existe un document réalisé au niveau national concernant au moins une région mais dont la pagination laisse clairement supposer que ce n’est qu’une partie d’un ensemble.
Pour cette raison la Délégation Force Ouvrière a envoyé une lettre ouverte interpellant la Direction Régionale, afin que la vérité soit dite à chacun. Cependant, nous l’avons dit à plusieurs reprises : Seule la sécurisation de ses financements, permettra à l’AFPA de survivre. L’état doit sortir la formation des demandeurs d’emploi du marché concurrentiel et permettre à l’AFPA de réaliser sa mission de service public. Nous voyons bien aujourd’hui que toute autre solution ne pourra pas être sans dégâts

Point 4 : Suivi de l’activité partielle et du plan de formation

A fin octobre, nous avons consommé 18% du nombre d’heures d’activité partielle autorisées par la DIRECCTE.
Cela nous permet de récupérer 35 K€ d’indemnisation par la DIRECCTE. Le coût du plan de formation comprenant la masse salariale, les coûts pédagogiques, et les frais de déplacement, est estimé à environ 1 M€.
Sur ces 1 M€, une partie devrait être prise en charge par les organismes financeurs.
Sur le groupe en formation FPA qui a passé le titre la semaine dernière (12 novembre), sur 10 passages 9 salariés ont obtenu le titre, et 1 salarié 1 CCP. La formation Blending learning se déroule bien, et las salariés qui la suivent la trouve très intéressante.
A l’issue de la formation Blending Learning, les 6 salariés qui l’ont suivie devraient retrouver une activité pérenne sur des emplois de types ERE, S2CP,…
Il est en projet de mettre en œuvre, en partenariat avec Orange, une plateforme de création et développement d’outils numériques. Cette plateforme pourrait-être positionnée sur St Herbain.

Point 5 : Suivi des fiches RPS

Pas de nouvelle fiche RPS, mais la procédure de transmission ne semble pas être très lisible pour tout le monde. Une commission aura lieu le 9 décembre et permettra de préciser les procédures, ainsi que de faire un point.

La situation aujourd’hui, qui est pratiquement la même que le mois dernier :
Une situation financière pour l’AFPA PDL plus critique qu’en 2014.  Un soutien national qui sera impossible, car toutes les régions, sauf une, sont dans le rouge.

  Sans sécurisation des financements, un modèle économique non viable pour l’AFPA PDL et Nationale, à l’échelle actuelle.


Salarié de l’AFPA PDL, l’action de tous va être indispensable pour faire comprendre aux gouvernants que le maintien d’une AFPA au service des demandeurs d’emploi est une nécessité. Cette nécessité est impossible à réaliser sans une sécurisation indispensable des financements.

A force d’avancer dans l’obscurité, nous sommes arrivés au bord du précipice. Le pas, que nous sommes en train de faire, sera peut-être le dernier !

Pour paraphraser la citation célèbre de JF K :
« Salarié, ne te demande pas ce que peut faire l’AFPA pour ton emploi, demande toi ce que tu es en droit de faire pour sauver cet emploi !!!  »

Retrouvez toutes les infos sur le site :
Télécharger le document en suivant ce lien : http://www.fo-afpa.fr/Point 2 : Suivi de l’emploi

Contact : fo-pdl@orange.fr


Fermer cette fenêtre X

Adhérents

Afin de profiter de toutes les ressources du site, identifiez-vous