Retour à la liste des articles de la rubrique PAYS DE LOIRE

Publié le 24/09/2015

CRE DU 23 SEPTEMBRE 2015

Télécharger le document en suivant ce lien : INFOS CRE du 23 septembre 2015 à St Nazair
e
Délégation : Bruno DIEPPEDALLE Représentant Syndical
Pascal CHABAS Élu Titulaire
Martial MIRAILLES Élu Titulaire
Fabrice CASSEREAU Élu Suppléant

PRESENTS POUR LA DIRECTION : Pierre CHAUVEAU Directeur Régional
Julie CHAMPEAUX DRH

Point 1 : Approbation du PV des CRE de mars, mai 2015

Les PV de mars et mai 2015 ne sont pas encore finalisés

Point 2 : Suivi de l’emploi : Départs, mouvements CDI et CDD, embauches, besoins de la région

En préambule, la DRH nous confirme que la règle des promotions (différentiel AME+PE ou 3%) a bien été respectée sur Angers. Pour rappel, sur Angers 2 salariés de la catégorie C02 (management) ont bénéficié d’une promotion pour un montant total de 1 163€, soit une moyenne de 581.5€.

Pour FO : Un formateur classe 9 au minimum de la grille, qui passerait Manageur de Formation, verrait son salaire augmenter de 835€. S’il est classe 10 (expert) cette revalorisation serait de 650€. Un Manageur de Formation, au minimum grille, qui passerait Directeur aurait donc une augmentation de 278€. Ces sommes pourraient être majorées de 30€ à 40€ en fonction du différentiel des primes d’expériences. Si nous prenons les 2 extrêmes (835€+278€), nous obtenons une somme proche des 1163€. Cela tendrait à dire, qu’à l’AFPA, les salariés sont embauchés aux minimas de la grille, et qu’après ils n’en décollent pas !

A fin septembre nous avons eu 29 départs :
3 ruptures conventionnelles : 1 Manageur de Formation, 1 Formateur, 1 Directeur
5 mutations : 2 hors région, 2 itinérants, 1 interne PDL. Les 5 mutations concernent exclusivement des
formateurs
2 licenciements : 1 Manageur de Formation, et 1 salarié plateforme comptabilité
6 démissions : 2 Formateurs, 2 Manageurs de Formation, 2 commerciaux
13 départs en retraite : 6 Formateurs, 1 Ingénieur Conseil Patrimoine, 4 Assistantes, 1 Cuisinier, 1
Logisticien Approvisionneur.
Pour 6 entrées :
4 Formateurs
1 comptable Régional
1 Directeur du Développement commercial
A ce jour, nous sommes sur un cumul moyen annuel de 448 ETP. La cible 2015 est de 440 ETP.

Pour FO : Concernant notre capacité de production, le solde est toujours négatif : 14 départs de formateurs pour 4entrées. Le nombre de démissions et de ruptures conventionnelles atteint des chiffres qui étaient inconnus à l’AFPA. Cela démontre une fois de plus l’augmentation de la dégradation des conditions de travail.
Un fait nouveau, un salarié a obtenu une rupture conventionnelle alors qu’il était proche de la retraite (moins de 2 ans). Cela est donc possible, et peut être accepté par l’Inspection du travail. La Direction nous a de nouveau confirmé que sa porte était grande ouverte pour toute demande de rupture conventionnelle. A savoir que dans le
cadre d’une rupture conventionnelle, le montant de la prime de rupture du contrat de travail ne rentre pas dans le revenu imposable et n’est pas chargé, hormis la CSG et RDS. Quoiqu’il en soit, pour la Direction la négociation nese fera que sur la base de l’indemnité légale, pas plus….même pour un Manager.


Point 3 : Point sur la situation économique :
Suivi du budget 2015 et chiffre d’affaires fin août
Budget prévisionnel 2015 révisé
Suivi de la production en hts par centre
Suivi des contrats avec les auto-entrepreneurs
Suivi Acticall et Satel


Grand point positif, l’appel d’offre des militaires concernant le centre de Fontenay le comte, a été gagné par l’AFPA. Nous avons en plus quelques formations supplémentaires sur l’aéronautique, le TP, et le socle de compétences professionnelles. Fontenay a une vision relativement sereine sur 4 ans. C’est un
marché d’environ 5 M€/an, qui pourrait monter jusqu’à 7 M€/an.
A fin juin, nous avons réalisé un chiffre d’affaires de 18.64 M€, pour un prévisionnel de
20.66 M€. Nous sommes corrects sur le marché commandes publiques (11.7 M€ réalisés pour 12 M€ prévu), mais en retard sur le marché privé (6.33 M€ réalisés pour 8.17 M€ prévu).Nous subissons une réfaction 250 K€ de la part du conseil Régional, et les études ne sont pas encore valorisées. L’objectif 2015, prévu au début de l’année, est d’environ 39 M€ pour 440 ETP.

Le budget 2015 prévisionnel révisé n’est pas encore finalisé.
Les tableaux de production des HTS par centre sont fournis, mais pour le DR ces chiffres ne servent à rien, seul le chiffre d’affaires régional compte.
Les coûts de sous-traitance sont importants sur certains GRN. La Direction préfère prendre un prestataire occasionnel, plutôt que d’embaucher les ressources nécessaires en CDI, avec un salaire conséquent. De janvier à juillet 2015, sur le secteur aéronautique de St Nazaire, la région AFPA a engagé pour un montant de
300 K€. Sur Laval et St Herblain, 100 K€ pour les réseaux électriques. Sur Fontenay, 46 K€ pour la soudure. Ces sommes, divisées par le nombre d’intervenants, représentent un montant individuel non négligeable. La Direction préfère continuer dans cette voie, plutôt que d’embaucher des CDI avec un salaire plus
conséquent.

Pour FO : Payer des prestataires extérieurs à prix d’or (613.766 € sur sept mois !!!), plutôt qu’embaucher des salariés en CDI. Pour la Direction cela serait plus rentable ! Sur certains GRN, le poste est en recrutement depuis des années, donc pérenne, et pourtant on continue de payer un prestataire pour un montant astronomique. Si ce
même montant était proposé à l’embauche d’un CDI, il y aurait sûrement pléthore de candidats ! Où est donc l’économie ?


Seul le bilan mensuel Acticall d’aout nous a été présenté, ce qui n’est pas le plus significatif. Toutefois, la Direction reconnait une baisse des appels par rapport à l’année dernière, qu’elle met en relation avec une offre AFPA moins conséquente. Un plan de communication va être mis en œuvre permettant de promouvoir le
3936, qui est le numéro d’appel de l’AFPA. Les nouveaux véhicules sont déjà sérigraphiés avec ce numéro. 80 salariés Acticall sont dédiés au 3936. La Direction nous affirme que seul le coût d’un appel (au environ de 3€) est facturé à l’AFPA. Pourtant, dans le rapport d’expertise Syndex, il apparait, pour l’année 2014, un nouveau poste de dépense Acticall pour un montant de 231 K€. Cet élément a déjà été soulevé à des CRE précédents, mais nous n’avons toujours pas eu de réponse. Le DR nous apportera cette information au prochain CRE. Pour la Direction le grand avantage d’Acticall est la performance au "décroché", qui est passé de 50%, avec les
salariés AFPA, à 80% avec Acticall. Pour la Direction, bon retour de SATEL sur l’offre marché privé.

Pour FO : Performance au "décroché" qui passe de 50% à 80% !! A l’époque, en 2013, l’estimation du nombre d’appels traités par l’AFPA Pays de la Loire était de 9000/mois, avec une estimation de perte de 40% (et non pas 50%). Suite aux péripéties de la mise en place d’Acticall, et la très grande difficulté (voir plus !!!) de joindre l’AFPA depuis l’extérieur, ce nombre d’appels est tombé à 2500/mois en moyenne en 2014, et il a encore baissé en 2015.
Pas difficile d’améliorer le "décroché" dans ces conditions ! Toujours est-il qu’aujourd’hui c’est une prestation qui a été externalisée, et nous ne sommes pas persuadés que cela soit plus rentable pour l’AFPA. A ce sujet, notre délégation est revenue sur le montant réel du coût d’un appel (voir notre compte rendu de mars 2015…) en regard des montants annoncés par le rapport d’expertise. La Direction n’a toujours pas été en mesure de donner aux élus un chiffre exact comme elle s’était engagée à le faire lors du CRE de mars 2015 !!! Elle va donc revoir sa copie…suite à la prochaine réunion (peut être…)


Point 4 : Point sur le budget CRE suite au retour de l’expert-comptable

Le budget de fonctionnement du CRE et des ASC, a été présenté par le trésorier. Le budget dépense des ASC est supérieur aux recettes, pour permettre de redistribuer aux salariés le montant de la réserve. Le cabinet d’expertise n’a pas révélé
d’anomalie.
Les comptes seront apposés sur les panneaux d’affichage CE, prévues dans les centres.

Point 5 : Information consultation sur le projet de rapport de situation comparée F/H 2014

Une présentation est faite par la DRH. Le taux de féminisation est en amélioration sur les catégories C02 (management d’établissement), C07 (appuie administratif/gestion/logistique), et C09 (formation). Un rattrapage salarial des classes 9 à 12 est à l’étude pour une action en fin d’année. La commission égalité professionnelle du CRE se réunira courant octobre. Un avis sera rendu au CRE d’octobre.

Pour FO : Il est de toute façon inadmissible qu’il y ait encore un constat de différence salariale entre les femmes et les hommes ! Notre Délégation, au niveau National, ne pourra signer aucun accord, fusse celui de la NAO, tant qu’il n’y aura pas d’engagement financier formel de la Direction en lieu et place du florilège habituel de bonnes intentions.

Point 8 : Information sur le plan d’activité partielle et sur le plan de formation associé

La Direction fait preuve d’une réelle volonté de faciliter au mieux les conditions de déplacement des salariés en activité partielle. Elle demande par contre que le bon sens soit privilégié, et que soit favorisé le covoiturage :
Chaque salarié a le choix de faire l’aller/retour dans la journée, ou de rester à l’hôtel, et de bénéficier des conditions de déplacement définies dans ULYSSE. Si la réservation se fait par l’intermédiaire du logiciel ULYSSE, le salarié n’a pas à avancer les frais d’hébergement.
Le repas du midi pourra être fourni par l’AFPA (négociation avec un restaurateur). Dans ce cas, il est gratuit pour le salarié, mais il n’y aura pas d’indemnité "ULYSSE" de 16.10€. Le repas du soir sera lui indemnisé en cas de découché.
S’il n’y a pas de véhicule de service disponible, ou si pour des raisons de commodités, le salarié utilise son véhicule personnel, il sera remboursé du kilomètre aux conditions "ULYSSE". Si le salarié utilise un véhicule de service, en partant de son lieu de travail habituel, le temps de trajet qui a lieu en dehors des horaires de travail sera à récupérer à 100%.
Si le salarié utilise son véhicule personnel, en partant de chez lui, le temps de déplacement est à récupérer aux conditions définies unilatéralement par la Direction Générale. Il n’y aura pas d’acquisition de RTT pendant le temps d’activité partielle.
En cas d’arrêt maladie, l’activité partielle s’arrête, et le salarié redevient "salarié AFPA". En cas d’accident de trajet, ce sera la même chose.

Quelques précisions supplémentaires :

La « cellule paye » a la mission de faire en sorte que dans tous les cas de figure, le salarié en activité partielle touche exactement la même somme que son salaire net AFPA. A l’issue de la période de formation, quelle que soit la durée, l’activité partielle s’arrête et le contrat de travail AFPA redevient actif. Il ne peut pas y avoir un salarié en CDD pour remplacer un salarié en activité partielle.
Seuls les 31 salariés de la liste peuvent être mis en activité partielle. Il n’est pas possible de positionner d’autres formateurs sur l’activité partielle.
La formation FPA, est une formation "stratégique". Tout est mis en œuvre afin que les salariés la suivent en totalité. Elle n’est pas réservée aux formateurs, d’autres salariés pourront s’y inscrire. Les prochains groupes FPA se feront sur le plan de formation de l’entreprise. C’est maintenant une volonté nationale que l’AFPA labellise "FPA" ses formateurs. Un plan national est mis en œuvre pour permettre à tout formateur d’obtenir le CCP1 du titre FPA.

Après la période d’activité partielle :

En décembre, il y aura des élections régionales. A l’issue de ces élections une nouvelle gouvernance sera mise en place, soit de la même couleur politique, soit d’une autre couleur. L’appel d’offre peut être conservé dans sa forme actuelle avec le même, ou moins, de volume de commande. Il peut être aussi cassé, et relancé en totalité. Le principe adopté est qu’il n’y aura pas de nouvelle commande, donc une
certaine continuité. Cela concernera les formateurs sans activité de
retour de leurs périodes de formation. Une équipe pluridisciplinaire de 15 à 20 personnes, sous le pilotage du DRIF et de ses équipes, sera mise en place. Cette solution a l’appui du DR. Des formateurs auront la possibilité de se positionner sur la plateforme de mobilité régionale, et seront donc amener à remplir des missions sur la région. Il pourra y avoir un positionnement sur la nouvelle "vague" de recrutement du service itinérant. Dans ce cas il sera expliqué, aux salariés qui se positionnent, la "posture recrutement" qui est requise. Une mobilité définitive pourra aussi être envisagée pour les salariés qui le souhaitent. Il n’y a pas de 2e phase d’activité partielle de prévue ou de plan de licenciement. Si les difficultés persistent, il sera fait appel à la "solidarité nationale". Il y a une possibilité de développement importante sur le S2CP (Socle des Connaissances et des Compétences Professionnelles). Il faudra créer et mettre en œuvre les outils, et les ressources, nécessaires à ces formations.

Point 10 : Suivi des fiches RPS

Sur Cholet une présence RH a été mise en œuvre. Les salariés, qui le souhaitent peuvent avoir un entretien RH. Il y a un suivi des fiches RPS déjà évoquées, et une information sur les nouvelles fiches RPS.

Pour FO : Les conditions de travail demeurent difficiles à l’AFPA PDL. Le nombre croissant de fiches RPS transmises
le démontre.


Point 11 : Information sur la cartographie régionale

La cartographie est toujours en construction. Elle est à peu près finalisée sur la partie tertiaire avec 2 pôles principaux sur St Herblain et Le Mans. Une réunion DR/DC aura lieu jeudi 24 septembre pour continuer à avancer sur le secteur industrie. De nouvelles études sur l’emploi sont parues et démontrent qu’il y a un besoin de former des salariés sur de nombreux secteurs ou l’AFPA est présente.
Une étude est en cours pour permettre à tous les centres de la région d’être dotés de réseaux fibre optique et Wifi performant. Tout cela dans le but de pouvoir utiliser nos futurs outils numériques.

La situation aujourd’hui :

Aux dires de la Direction, un plan de formation conséquent qui devrait permettre de saisir certaines opportunités et de moderniser nos outils de formation.
Des pistes d’évolutions possibles, à l’issue de la période d’activité partielle.
L’affirmation du soutien national en cas de difficultés futures.
Une incertitude sur les choix concernant la formation professionnelle de la prochaine
gouvernance régionale. Une incertitude encore plus grande sur les choix nationaux.

Salariés de l’AFPA PDL, beaucoup d’incertitudes, soyons prêts à mener toutes les actions qui permettront de peser sur les choix décisifs engageant notre avenir, et ceux des nombreux demandeurs d’emploi de la
nation.



Fermer cette fenêtre X

Adhérents

Afin de profiter de toutes les ressources du site, identifiez-vous