Retour à la liste des articles de la rubrique INFOS ITINéRANTS

Publié le 20/02/2015

CR DP ITI DU 19 FEVRIER 2015

Télécharger le document en suivant ce lien : QUESTION N° 1 : ORDRES DE MISSION
FORCE OUVRIERE était représentée par Michaël CORRIETTE et Hervé LE BRUN.

Séance présidée par Laurent Cueille, directeur du dispositif itinérants.

Déclaration des délégués du personnel itinérants :
Depuis plusieurs années de nombreux collègues quittent l’Afpa pour prendre leur retraite après parfois 30 années d’activité. Certains se plaignent des modalités appliquées pour ce départ, souvent en catimini.

Les délégués du personnel proposent que la direction, comme dans un centre Afpa, fasse un discours relatant la carrière du salarié, auprès de celui-ci. Ce discours écrit pourrait être envoyé par mail à l’ensemble du personnel itinérant qui aurait tout loisir de répondre et saluer le collègue à cette occasion.

Les délégués du personnel demandent aussi que les collègues entrant soient présentés à l’ensemble du personnel à chaque entrée.

Que compte faire la direction pour pallier à ce manque de bonnes pratiques ?

LC : « chaque arrivée d’un nouveau collègue est annoncée par le manager de formation concerné. En ce qui concerne les départs, certains managers de formation envoient un mail au partant pour marquer le départ de celui-ci, mais ce n’est pas une règle commune. Nous allons faire en sorte que cette façon de faire soit généralisée. »



Depuis quelques temps, des ordres de mission sont envoyés tardivement à certains Itinérants (ex : OM envoyé le vendredi pour une mission démarrant le lundi suivant). Cela pose des problèmes pour préparer les missions :

  Prise de contact avec le collègue à remplacer,  Réservation d’hôtel,  Préparation de la mission (séances d’animation, ressources pédagogiques, exercices, mises en situation…).

L’envoi de l’ordre de mission tenant lieu de confirmation de la mission, les envois de dernière minute peuvent nuire à la préparation de la mission et créer un stress pour l’Itinérant qui, jusqu’au dernier moment, n’est pas sûr de la ville dans laquelle il ira travailler.

Quelle est l’origine de ce dysfonctionnement ?

Que compte mettre en œuvre la direction pour y remédier ?

LC : «  je rappelle le principe : les ordres de mission doivent être envoyés à l’itinérant un mois avant la mission, mais dans certains cas, comme par exemple les actions de perfectionnement, on est obligé d’attendre le dernier moment pour savoir si l’action aura lieu réellement.
Pour l’instant, il n’y a que trois CMI au dispositif dont une à mi-temps. L’emploi d’un quatrième CMI a été publié. Il y a trois candidatures pour lesquelles l’entretien aura lieu le 25 février. »

Pour Force Ouvrière, il est urgent d’embaucher afin de donner les moyens humains nécessaires au bon fonctionnement du service.

QUESTION N° 2 : INDEMNITE POUR DEPLACEMENT LONGUE DISTANCE

Ces indemnités sont versées avec le salaire de décembre de l’année ou au pire avec le salaire de janvier de l’année suivante.

Combien de formateurs itinérants ont-ils touché cette indemnité sur l’exercice 2014 ?

Ces indemnités ont-elles été toutes versées en décembre ou en janvier ?

LC : « 52 salariés ont perçu l’indemnité de longue distance ; elle a été versée sur la paye de décembre. »

QUESTION N° 3 : PROPOSITION DE PARCOURS VAE

Combien de formateurs ont participé aux réunions téléphoniques d’information sur le parcours VAE ?

Combien de formateurs se sont déclarés intéressés par cette démarche ?

Le premier groupe est-il constitué ?

Si le nombre de formateurs intéressés est supérieur aux attentes de la direction, un autre groupe est-il envisagé cette année ?

LC : « 48 formateurs ont participé à l’information collective, 16 se sont déclarés intéressés, il y a eu 2 désistements et 2 reports en 2016. L’action débutera donc dans la semaine du 23 mars avec 12 formateurs. Une autre action est envisagée pour 2016. »

QUESTION N° 4 : DECOMPTE DU COMPTE EPARGNE TEMPS

L’accord CET stipule ceci en son article 8.2 :

« 8.2. Information du salarié sur l’état de son Compte Epargne-Temps.

Chaque année, le titulaire reçoit de l’employeur un état de son compte arrêté au 31 décembre. Cet état reprend l’ensemble des opérations de crédit et de débit effectué.

La direction informera-t-elle les salariés titulaires d’un CET de leurs décomptes CET pour 2014 à fin février 2015 ?

Si non, quand ?

LC : «  depuis la mise en place de SIRH, nous avons fait en sorte d’actualiser l’information, mais il faut encore un certain temps de rodage. Nous allons faire le nécessaire. »

Force Ouvrière signale que nombre d’informations ne sont pas actualisées dans SIRH et notamment celles concernant le CET ou les CSI. Partant de là, il devient parfois difficile de répondre à l’obligation faite aux salariés de poser le reliquat de leurs congés avant le 31 mai. Là encore, c’est au manque de moyens humains qu’il faut imputer ces dysfonctionnements. Il est urgent de procéder à l’embauche d’un quatrième CMI.

QUESTION N° 5 : CARTE DE COMPETENCES

Des formateurs itinérants d’un GRN spécifique peuvent se trouver sans mission alors que leurs compétences déclarées peuvent être mises en œuvre sur d’autres GRN du même champ professionnel gérés par des CMI différents.

Que compte faire la direction pour pallier à cette situation afin d’optimiser les réponses « favorables aux centres » ?

Que compte faire la direction pour diminuer les périodes sans mission de ses salariés ?

LC : « le planning permet de visualiser rapidement la carte de compétences de chaque formateur itinérant, mais il est nécessaire de le rendre plus dynamique en l’actualisant, car tous les éléments abordés au cours de l’entretien individuel ne sont pas forcément rebasculés sur la carte de compétences. J’ai mobilisé tous les managers de formation sur le sujet. »

Force Ouvrière : vous disposez aussi de la CVthèque.

LC : « l’accès par les CV nécessiterait d’aller rechercher les infos souhaitées dans chaque CV, alors que le planning permet de connaitre l’ensemble des formateurs disponibles pour un compétence demandée. »

QUESTION N° 6 : SUIVI DES ENTREES AU DISPOSITIF ITINERANT

Les délégués du personnel demandent un suivi par GRN des entrées pour le 2ième semestre 2014 et le 1er trimestre 2015.

La direction peut-elle informer les DP quant à ces chiffres ?

LC : «  25 personnes sont entrées pendant le deuxième semestre 2014 et 13 sont prévues pour le premier trimestre 2015. La campagne de recrutement 2015 a été lancée et 65 postes dont 7 externes sont à pourvoir. »

Force Ouvrière : les entrées compensent-elles les départs naturels ?

LC : « oui, et à l’horizon 2018, le dispositif le dispositif devrait atteindre l’objectif de 300. Sur la paye de décembre 2015, il faudrait que nous soyons 210 formateurs. A noter que des dispositions dans la GPEC permettent à des formateurs sédentaires de rejoindre temporairement le dispositif itinérants. »

Force Ouvrière : ça permet surtout à la direction d’atteindre ses objectifs à moindre frais : certes, ces formateurs seront comptés dans le dispositif à un moment donné, mais leur passage temporaire ne fera pas d’eux des itinérants à part entière, car nous n’avons aucune certitude qu’ils seront intégrés définitivement. Force Ouvrière note également qu’il n’y a aucune offre d’emploi de formateur conducteur routier dans le GRN 173, alors même qu’il y a de l’activité dans ce secteur et que d’autre part, il y aurait lieu d’anticiper dès à présent de futurs départs en retraite.

LC : « ce n’est qu’une première diffusion et il y en aura d’autres en fonction des besoins. »

QUESTION N° 7 : SITUATION DE L’AFPA- DEMANDE D’INFORMATIONS

Les salariés nous interpellent quant à la situation de l’AFPA. Pouvez-vous nous dresser un bilan de la situation actuelle de notre association ?

L’AFPA a cessé les paiements de cotisations URSSAF. Pourquoi ?

L’AFPA a-t-elle cessé, ou reporté d’autres régularisations ou paiements d’échéances, cotisations, envers d’autres organismes ?

Des fermetures de Centres ont-elles été décidées ? Lesquelles ? Pourquoi ?

Sur l’organisation de la modularisation, qui s’oriente plus sur des CCP que des titres professionnels ?

Pouvez-vous nous informer plus en détails sur la politique de la certification ?

Demande d’informations également sur les chiffres des bénéficiaires de formation mécontents de :

  Manque de moyens ?  Manque de matériaux et matériel ?  Locaux inadaptés ? (plateaux techniques)  Hébergements insalubres ? (hygiène, chauffage, sécurité…)

LC : « ce n’est pas une question de DP ; l’information a été donnée en CE, en CCE et par le directeur général. La situation de l’AFPA n’est pas bonne et il y a des négociations avec l’Etat et les banques sur lesquelles je ne peux pas m’exprimer. »

QUESTION 8 : CONDITIONS D’ASSURANCE

Avez-vous des précisions détaillées de ce qui est couvert ou pas par les clauses de l’Assurance AFPA, pour compléter votre réponse de la réunion de DP du 20 novembre 2014 « question n° 6 ?

LC : « l’assurance couvre les biens de l’AFPA, pas ceux extérieurs à celle-ci. D’autre part, je n’ai pas à communiquer aux DP le contenu du contrat passé entre l’AFPA et les assureurs ! »

Force Ouvrière note que la direction n’hésite pas, quant à elle, à demander aux itinérants de prouver qu’ils ont assuré leur véhicule personnel pour un usage professionnel.

Et puisque la direction nous répond qu’elle n’a pas à fournir aux DP le contenu des contrats d’assurance, il faudra que la question soit posée au CE
.

QUESTION N° 9 : MOYENS DE TRANSPORT

L’accord sur les Itinérants précise que le mode de transport privilégié est le véhicule personnel et que l’accord du formateur itinérant est nécessaire pour lui faire utiliser les transports communs. Pourquoi les moyens de déplacement pour les perfectionnements sont-ils systématiquement les transports en commun ?

Pourquoi la direction ne respecte-elle pas les règles en vigueur dans notre Association ?

LC : « ce n’est pas systématique pour les perfectionnements, ça dépend des endroits. Le premier critère à prendre en compte, c’est le coût. »

QUESTIONS DIVERSES

Les DP reviennent sur la note de service envoyée récemment par le directeur du service itinérants concernant les déjeuners pris par les itinérants dans les établissements de leur mission.

Les DP déplorent cette façon d’agir qui stigmatise tous les itinérants, alors qu’il ne s’agit que de cas isolés.

LC : « ce n’est qu’une note de service. A plusieurs reprises, la question nous a été remontée par des centres. Nous avons réglé cela avec les personnes concernées ; ce n’est qu’un rappel. »

Le directeur du service itinérant conclut la séance en signalant qu’il reporte la réunion prévue sur la veille technique et pédagogique.

Pour Force Ouvrière, de report en report, nous allons finir par croire que la direction fait tout pour que ne soit jamais abordée cette question qu’il faudra bien pourtant résoudre un jour.

Montreuil, le 19 février 2015.


Fermer cette fenêtre X

Adhérents

Afin de profiter de toutes les ressources du site, identifiez-vous